© 2023 by ART SCHOOL. Proudly created with Wix.com

Le Bijou 2017

Telephone: 06 76 03 79 11 • Email: prod@le-bijou.net

  • Facebook

 ARTISTES LABELISÉS 

2018

AÏDA a pourtant bien les pieds sur terre…Depuis les chemins impalpables des émotions, Aïda nous chavire du bruit des mots, jusqu’à leur sens vibrant. C’est qu’elle a pour destinée d’enchanter les mots d’Hommes, et guérir les maux d’Âme. Elle chante avec tout son corps. Sa voix audacieuse, musclée, suave, nous caresse nous bouscule nous « frissonne » nous « transgenre », nous étonne. L’univers musical atypique d’Etienne où acoustique et électrique se fréquentent sans complaisance lui sied comme un gant. Sur scène les « entre-chansons » deviennent l’expression de son amour bicéphale des mots, dû à une enfance bilingue. Avec humour et jubilation, Aïda nous dévoile des secrets, des histoires rocambolesques, et des gourmandises cosmiques.

​Si c’était la bande annonce d’un film, ce serait au début de l’après midi. Intérieur, jour.

Une lumière bleutée envahit le salon.

Sur le canapé, de dos, une jeune femme.

Gros plan sur sa joue, une larme coule.

Avant d’atteindre le menton, l’eau a séché.

Seule une légère trace reste sur sa peau, comme

en filigrane, invisible si ce n’est au soleil.




 

Bertille c'est un son, une humeur, une voix singulière, et le sensible comme étendard. C'est l'élégance brute et sans compromis d'une chanson electronica, orchestrée et aux accents saturés.  Bertille Fraisse, multi-instrumentiste de formation classique, nous dévoile dans ce projet brûlant aux multiples influences, un univers féminin, mélangeant le doux au dur, les baisers aux coups de griffes. Si sa musique flirte parfois avec la mélancolie d'une poésie sombre, elle garde cette touche d'espoir propre aux grands rêveurs. Passionnée d'arts et d'expression en général, cette curieuse par nature propose dans le projet bertille une facette plus personnelle, plus intime, de sa production musicale.

BOUCAN, c'est un bruit qui n'existait pas avant. (Bilou)

 

Il a été dit qu’on n’a jamais entendu un Boucan aussi musical. D’autres y ont vu une partouze entre Pierre Henry, Sid Vicious et Serge Gainsbourg. Toujours est il que la musique de BOUCAN a quelque chose de très cinématographique dans les multiples ambiances qu’elle propose, c'est un road movie pour les oreilles, un voyage immobile qui donne envie de bouger...

 

Avec un trompettiste, Piero Pépin, sorti du désert éthiopien en passant par les rues du New-York des années 50, et du punk parisien des années 80, un contrebassiste-chanteur Mathias Imbert, rompu à l’exercice de la chanson autant qu’à la recherche expérimentale, dadaïste et percussive de son instrument, un guitariste-chanteur, Brunoï Zarn, explorant le banjo comme la guitare-bidon-4-cordes, avec toujours un son rock’n’roll-psychédélique planant sur les plaines de l’Ouest sauvage comme sur un squat berlinois, BOUCAN est un bruit qui n’existait pas avant

Matéo, c'est un touche à tout. Chanteur au grain singulier, c'est autour de ses textes qu'il fusionne piano, rhodes, beat box, sax et pédales d'effets. On entendrait du Nougaro, quelques fils des coutures de Charlélie... Dans ce solo la mélancolie puissante et la douceur nonchalante se rencontre dans sa présence habitée, investie... Ici ça groove au service des textes pour vous emmener dans un vol vivant et sincère.

ORLY est un trio, un duel à trois, terrible et tendre à la fois.
Un poète urgent, un pianiste en transit et un sorcier souffleur.
« La pluie les a soudés l’un à l’autre » pour une épopée de notes et de mots.
L’atmosphère théâtrale invite au voyage
et vous fait passer du rire aux larmes en un clin d’œil.
C’est un spectacle musical où l’alchimie sonne comme une évidence.

Please reload

2017

S’il y a assurément une sacré bande de chanteurs toulousains ces temps-ci, Chouf en est une figure. Des histoires fortes (il n’hésite pas à confier l’écriture de plusieurs textes à Florent Gourault et Manu Galure autant qu’il s’affirme comme auteur sur d’autres), des musiques chaudes qui naviguent entre jazz, rock et folklore contemporain. L’imagination est à la barre, on passe au travers des siècles et des continents. Une conscience aiguë de ce qu’est le monde bataille à vue avec des rêves d’amour et de fraternité. La poésie trouve sa place dans un art de vivre intelligemment joyeux. Chouf est de ceux qui se lancent le fameux défi : taquiner la muse au plus haut de la création pour en faire une fête populaire. Le chant est limpide alors que les histoires sont chaotiques. Les mots dansent sur les notes, les accords épais encadrent le récit : c’est de la chanson agile et solide ! On devine les musiciens impliqués dans l’affaire. Ça sonne vraiment comme un groupe. Le spectacle est construit sur une variété de sons et d’émotions, d’ambiances et de sens. C’est beau et riche ! Il est rare de voir un artiste affirmer autant son propos sur scène et sur disque.Grâce à Archibald, grâce à beaucoup d’autres saltimbanques comme lui, « Y a comme une joie de vivre dans l’air ».

Et c’est franchement bon .

Davy KILEMBÉ, artiste indépendant, est reconnu par beaucoup pour son talent. Il saisit l’air du temps et s’en inspire pour mettre en musique son univers. Cet artiste a atteint un niveau de maturité lui permettant de s’exprimer au plus juste. Il fait parti de cette nouvelle génération de cuisiniers qui n’hésitent pas à marier les saveurs autour d’un ingrédient noble : l’honnêteté .

Loin des sentiers rebattus, une écoute attentive donne à réfléchir, autant qu’à se laisser porter par ses rythmes aux influences « soul ». Il ne se cache derrière rien, ni personne, cet homme chaleureux et talentueux. Il mérite d’être mis en lumière. D’une très grande générosité sur scène, d’une vraie simplicité, Davy Kilembé appelle le respect.

Jules Nectar est auteur compositeur interprète. Il évolue constamment entre les cases dans lesquelles on est tenté de le ranger et aime jouer avec les contrastes. Des colorations pop avec des mélodies accrocheuses qui restent longtemps en tête. De la folk-song à la française avec des harmonies vocales et des guitares acoustiques très présentes. Des pointes d’électro avec des sonorités synthétiques ou trafiquées. Des paroles qui décrivent avec détachement, ironie et poésie des instants, des émotions ou des sensations qui touchent. Des arrangements à la légèreté réconfortante sur des textes mélancoliques où l’optimisme affleure toujours.

Please reload

2016

Il offre à ses déclamations, son chant aussi - qui s’en va parfois errer, au bord des larmes, dans les paysages andalous de ses origines - un habillage sonore quasi orchestral autour de sa guitare. Il use de toutes les ressources de son corps, de sa voix, des objets aussi, comme le son des touches de la machine à écrire, de la flûte traversière aussi. (...)Le message est clair, comme le fut celui d’un Béranger ou, bien plus loin encore, celui d’un Couté. Mais dans cette mouvance anarchiste, on aime tout particulièrement quand il en appelle à l’oiseau (t’entends ça l’oiseau) ou lorsqu’il rend hommage aux « inter-gitans » du spectacle sans qui on irait nettement moins loin, moins bien.

Grâce à Archibald, grâce à beaucoup d’autres saltimbanques comme lui, « Y a comme une joie de vivre dans l’air ».

Et c’est franchement bon .

Si les filles naissent dans les roses et les garçons dans les choux, les idiots ont choisi Albi pour commencer leur vie.

L’un de Les idiots c’est Guillaume, l’autre de Les idiots c’est Mika. L’idiot Guillaume a la grosse voix, l’idiot Mika travaille des doigts. Les idiots font de la musique acoustique avec des p’tits bouts de trucs dedans.

Les idiots ce sont des chansons en français avec des textes drôles ou pas ou les deux à la fois.
Au final si Les idiots ne sont que deux, ils savent qu’ils peuvent compter sur tous ceux qui les entourent.

Projet réunissant Alice Bénar (voix, cello, textes, musique) et Elisa Trebouville (banjo, cavaquinho, guitar, voix,arrangement).


Articulé autour de textes et de compositions originales, il oscille entre mélancolie, légèreté et rage. 


C'est un premier élan, un point de départ vers une infinité de possibles.
Une sorte de naissance avec tout ce que cela comporte de fragile et de combatif... 

C’est l’histoire de Charly, il n’a pas encore 30 ans. Il se pose des questions sur lui et sur le monde qui l’entoure, ce monde en perpétuel changement. Il trouve son inspiration dans cette humanité adorablement méprisable. L’intolérance, le progrès, la misère, les responsabilités et l’amour ; autant de thèmes traités avec une délicate raillerie. Les moments tendres sont ponctués de phases de folie qui transportent le public dans une hilarité contagieuse. Charly reste un inébranlable et positif rêveur d’espérance. En mêlant performance théâtrale, chansons et vidéos c'est un spectacle déjanté sincèrement pour tous les publics.

 

« C’est juste magnifique !!!  Je n'ai pas vu quelque chose d'aussi bon depuis très longtemps ! Je ne m'en remets pas, j'ai par vagues des émotions qui me remontent à la gueule, j’ai encore envie de rire et de chialer en y repensant. C'est magique, c'est beau, c'est organique ! J’ai tout aimé. TOUT ! Merci d'être toi et de travailler autant pour nous donner tout ça. »  Barbara Weldens

Please reload